ÉTUDE iCARE / RÉSULTATS / ANALYSES SUR LES PRÉOCCUPATIONS


Résultats du Questionnaire 1 – Types et niveaux de préoccupations


  • Les données présentées ici ont été recueillies entre le 27 mars et le 15 avril 2020
  • Ces données ont été recueillies auprès de 20 537 personnes
  • Âge moyen des participant-e-s : 41 ans
  • L’âge des participant-e-s variait de 8 à 90 ans
  • La participation globale a généré 35 000 visites sur la page web de l’étude iCARE, provenant de plus de 140 pays

Inquiétudes concernant COVID-19

Q: Pour chacun des éléments suivants, évaluez votre niveau d’inquiétude pour chaque situation : « À cause de la COVID-19, je m’inquiète… »

Cette figure présente certaines des inquiétudes qui ont été identifiées.

La principale inquiétude des gens était qu’un membre de leur famille avec lequel ils ne vivaient pas soit infecté par la COVID-19 (plus de 8 sur 10 étaient très ou assez inquiets face à cela).

Dans l’ensemble, les gens semblaient plus inquiets des effets potentiels de la COVID-19 sur d’autres personnes ou sur leur communauté plutôt que sur eux-mêmes. Cela pourrait refléter les bons comportements que les gens adoptaient généralement.

Fait intéressant, plus de la moitié des participant-e-s (58%, près de 3 personnes sur 5) étaient assez ou très inquiets face à l’isolement. Moins de la moitié des participant-e-s (41%, 2 personnes sur 5) étaient assez ou très inquiets face à la perte de leur emploi ou de leur revenu familial.

Niveau moyen d’inquiétude à travers le monde (selon le sexe)

Q : Veuillez évaluer votre niveau d’inquiétude en lien avec la COVID-19.s

Les inquiétudes par rapport à la santé personnelle étaient les plus importantes dans l’ensemble, suivies de celles liées à l’économie de leur pays. Les hommes étaient plus préoccupés par la santé des autres que les femmes, et les femmes étaient plus préoccupées par leur situation financière personnelle et par l’économie de leur pays que les hommes (p <0,01).

– Échelle 0-3 (« Pas du tout inquiet-ète » à « Très inquiet-ète »)


 

Niveau moyen d’inquiétude à travers le monde (selon l’âge)

Q : Veuillez évaluer votre niveau d’inquiétude en lien avec la COVID-19

Les moins de 29 ans étaient les plus préoccupés par leur santé personnelle et les moins préoccupés par la santé des autres, l’économie de leur pays et le retour à la normale par rapport aux groupes plus âgés (p <0,01).

– Échelle 0-3 (« Pas du tout inquiet-ète » à « Très inquiet-ète »)


 

Niveau moyen d’inquiétude pour la SANTÉ PERSONNELLE à travers le monde (selon le pays)

En réponse à : À cause de la COVID-19, je m’inquiète d’être infecté ou des conséquences d’une infection sur ma santé, incluant le risque de décès.

Les personnes vivant en France et au Canada étaient les plus préoccupées par l’impact de la COVID-19 sur leur santé personnelle par rapport aux personnes vivant dans d’autres pays. Les personnes vivant au Kenya et au Brésil étaient les moins préoccupées par leur santé personnelle.

– Échelle 0-3 (« Pas du tout inquiet-ète » à « Très inquiet-ète »)


 

Niveau moyen d’inquiétude pour la SITUATION FINANCIÈRE PERSONNELLE à travers le monde (selon le pays)

En réponse à : À cause de la COVID-19, je m’inquiète de perdre mon emploi, mon revenu familial et de perdre mes économies.

Les personnes vivant aux États-Unis, au Brésil et en Colombie étaient les plus préoccupées par l’impact de la COVID-19 sur leur situation financière personnelle par rapport aux personnes vivant dans d’autres pays. Les personnes vivant au Kenya et en France étaient les moins préoccupées par leur situation financière personnelle.

– Échelle 0-3 (« Pas du tout inquiet-ète » à « Très inquiet-ète »)


 

Niveau moyen d’inquiétude pour la SANTÉ DES AUTRES à travers le monde (selon le pays)

En réponse à : À cause de la COVID-19, je m’inquiète d’infecter les personnes avec qui je vis ou d’infecter d’autres personnes dans la communauté.

Les personnes vivant en France et au Canada étaient les plus préoccupées par l’impact de la COVID-19 sur la santé des autres par rapport aux personnes vivant dans d’autres pays. Les personnes vivant au Brésil et au Kenya étaient les moins préoccupées par la santé des autres.

– Échelle 0-3 (« Pas du tout inquiet-ète » à « Très inquiet-ète »)


 

Niveau moyen d’inquiétude pour l’ÉCONOMIE DU PAYS à travers le monde (selon le pays)

En réponse à : À cause de la COVID-19, je m’inquiète que mon pays entre dans une récession/crise économique.

Les personnes vivant au Canada, à Taïwan et en France étaient les plus préoccupées par l’impact de la COVID-19 sur les risques de récession ou de crise économique pour leur pays par rapport aux personnes vivant dans d’autres pays. Les personnes vivant en Colombie, en Italie et au Kenya étaient les moins préoccupées par une récession / crise économique.

– Échelle 0-3 (« Pas du tout inquiet-ète » à « Très inquiet-ète »)


 

Niveau moyen d’inquiétude pour le RETOUR À LA NORMALE à travers le monde (selon le pays)

En réponse à : À cause de la COVID-19, je m’inquiète du temps nécessaire pour que les choses reviennent à la normale.

Les personnes vivant au Canada et en France étaient plus préoccupées par le retour à la normale que les personnes vivant dans d’autres pays. Les personnes vivant en Italie et au Kenya étaient les moins préoccupées par le retour à la normale.

– Échelle 0-3 (« Pas du tout inquiet-ète » à « Très inquiet-ète »)


 

Type et niveau d’inquiétude (selon le pays)

Q : Veuillez évaluer votre niveau d’inquiétude en lien avec la COVID-19.

La France et le Canada avaient globalement les niveaux de préoccupation les plus élevés, à l’exception des préoccupations concernant la situation financière personnelle. Le Kenya, le Brésil et les États-Unis avaient les plus faibles niveaux de préoccupation par rapport à la santé personnelle et la santé des autres. Le Kenya avait globalement le niveau de préoccupation le plus faible.

– Échelle 0-3 (« Pas du tout inquiet-ète » à « Très inquiet-ète »)


 

Association entre type de préoccupation et adhérence aux mesures préventives (dans le monde)

Des niveaux de préoccupation plus élevés étaient dans l’ensemble associés à des taux plus élevés d’adhérence aux mesures de prévention. Fait intéressant, seules les préoccupations économiques (pour soi et pour l’économie en général) et la préoccupation pour le retour à la normale étaient significativement associées à une meilleure adhérence aux mesures de prévention (Finances – soi p <0,001, Économie – pays p <0,01 et Normale p <0,0001 ).